Pratiques institutionnelles des micro-écosystèmes entrepreneuriaux : le cas des accélérateurs corporate

Les écosystèmes entrepreneuriaux connaissent un engouement qui appelle à considérer les pratiques institutionnelles mises en œuvre par de nouveaux entrants, comme les accélérateurs corporate, capables de créer des micro-écosystèmes entrepreneuriaux.

Cette thèse se situe au croisement des recherches en entrepreneuriat, management stratégique et néo- institutionnalisme. Elle entend répondre aux appels visant à mieux cerner le phénomène des accélérateurs corporate et la dynamique du niveau micro de l’écosystème, notamment dans l’institutionnalisation et la construction de la légitimité de ces nouveaux entrants.

Ce travail doctoral traite la question de recherche suivante : comment les accélérateurs corporate peuvent- il s’institutionnaliser et devenir légitimes au sein de l’écosystème entrepreneurial ?

Cette thèse s’articule autour de 4 articles de recherche et emploie une approche qualitative et abductive. Elle mobilise une étude de cas unique auprès d’un grand groupe français (cas) et 9 accélérateurs corporate (sous-cas).

Elle contribue au champ des accélérateurs corporate à travers une approche contextuelle et institutionnelle de leur implication au sein de l’écosystème entrepreneurial. Elle contribue au champ des écosystèmes entrepreneuriaux par la compréhension des stratégies de niveau micro et des interactions multi-niveaux des acteurs ainsi que des microfondations à l’œuvre dans l’institutionnalisation et la construction de la légitimité dans l’écosystème. Enfin, elle contribue au champ néo-institutionnel à travers une adaptation des cadres du travail institutionnel et de la légitimité qui met en lumière les pratiques quotidiennes des acteurs et les microfondations des institutions. Nous formulons des recommandations à l’attention des entreprises établies, des acteurs de l’écosystème et des pouvoirs publics pour une meilleure compréhension du fonctionnement et de la dynamique des écosystèmes entrepreneuriaux.